SOS Terre en détresse!

Il y a des siècles de cela, notre penseur bien-aimé des épreuves anticipées de Français, l’éminent philosophe, Monsieur Voltaire, clôturait son « Candide » ainsi : « Il faut cultiver notre jardin ».  Clairvoyant et percutant, comme à son habitude – notamment avec son Traité sur la Tolérance – Voltaire avait su identifier une des clés, si ce n’est la clé, du bonheur et du bien-vivre sur cette terre. Voltaire avait raison mais l’humanité n’a pas fait cas de ses recommandations.

Au lieu de cela, nous nous sommes embarqués les deux derniers siècles dans des courses marathons : d’abord celle du progrès technique et technologique, ensuite celle du profit financier et de l’économique pour couronner le tout avec une course à l’armement qui n’a pas fini de nous faire des tourments ! Aujourd’hui, l’état de la planète est plutôt chaotique avec des crises identitaire, sociale et économique. Les cris d’alerte et d’alarme se multiplient, au milieu desquels une voix se faufile ; une voix sereine qui prône la restitution à la Terre de son trône.

Un pacte de paix est donc de mise où nous devrons déposer nos armes chimiques à la faveur d’un développement durable et plus éthique. A ce sujet, notre voix sage nous dit: «  Cultiver son jardin devient un acte de résistance » ; entre autres choses toutes aussi intéressantes. Le ton est donc donné pour que nous retrouvions notre félicité. Mon jardin se porte mieux depuis et il nous comble avec ses fruits !

Mon Oasis à Moi à retrouver sur https://www.facebook.com/monoasisamoi/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s